SNAG-15

Quelle naïveté… Je voyais, avec le bel optimisme dont je ne me départis quasiment jamais, Facebook et Twitter comme de formidables outils de partage. Je me disais que j’allais entretenir, même à distance, des discussions et relations intéressantes avec des personnes habituellement inaccessibles. Je pensais que la demande d’un partage ou d’un retweet ne pourrait que produire un élan de générosité gratuit et désintéressé de la part de ces personnes, que nous apprécions parce qu’elles savent nous faire rire, parce qu’elles savent écrire, parce qu’elles savent prendre des risques dans leur métier de journaliste ou encore parce qu’elles nous paraissent dignes d’intérêt par leur positionnement politique.

Un "partage" sur Facebook ou un "RT" sur Twitter demande juste de penser à l’autre pendant une à quelques secondes. Ces sollicitations ne coûtent pas un nano-centime à celle ou celui qui répond à cette demande de faire savoir, de faire connaître ou de prolonger une info. Ces gens-là savent pourtant nous trouver pour augmenter leur compteur personnel et obtenir des réponses à leurs sollicitations. Ces faux amis ne lèvent les yeux de leur assiette qu’à l’occasion d’une flatterie ou d’une approbation.

Il faut que j’enlève mes lunettes roses. Ces gens-là sont froids, insensibles, distants. Ces réseaux sociaux sont truffés de zéros, de zozos et de drôles de zozios ! Cause toujours, tu ne les intéresse pas. Le mot "partage" ne figure pas dans leur code des bonnes manières. Parle-leur d’eux, il n’y a que ça qui les intéresse. Dis-leur qu’ils sont les plus beaux, les plus intelligents, les plus forts. Ils vont t’aimer ! Avec un "#", un "@" ou un "j’aime" de pacotille. En gardant les mains bien enfoncées dans leurs poches et en se gardant bien de la moindre attention. Imagine un instant que tu pourrais leur faire un peu d’ombre…

Il reste heureusement les vrais amis, ceux dont la générosité est toute naturelle. Ce sont des gens qui n’ont pas pignon sur rue, mais cœur sur la main ! Ils ont bien plus, et souvent pas grand-chose, mais ils font tout et même l’impossible pour me le donner, ce coup de pouce ou ce coup de main. Sur un simple message, ces amis véritables prennent gentiment le temps qu’il faut pour rameuter la troupe et la solidarité.

Il m’aura fallu un peu de temps pour tout comprendre, mais j’ai compris. Je vais continuer à m’occuper des miens, de mes voisins et amis, de tous les geeks sympas qui méritent mon attention et mon soutien s’ils en ont besoin. Je serai sans doute un peu moins présent sur ces réseaux sociaux, sauf pour offrir de temps à autre un sourire ou un éclat de rire. Avec grand plaisir et une pensée particulière pour la véritable amitié.

En évitant de croire au Père Noël et à la bienveillance des stars médiatiques, je vais poursuivre ma route en continuant à exercer ma curiosité et ma créativité.  A bientôt sur mon blog, avec plaisir et entre amis !