910886

En cette belle journée d'été consacrée à ceux qui ne fonctionnent pas comme tous les autres, je vous propose un poème dédié aux gauchers contrariés et à Mademoiselle Mahieux, institutrice de maternelle dans le petit village lorrain de mon enfance. Bien que ses coups ne fussent pas très appuyés, sa règle métallique me terrorisait et a changé à jamais ma façon d'écrire.

 

Gaucher contrarié

 

Ecrire d'une main, en pensant à l'autre,

Ecrire pour être des vôtres,

Ecrire, bien décidé, d'une seule main

Ecrire aujourd'hui, d'une main : "à demain".

 

Ecrire ce qu'on ne peut dire avec des mots

Ecrire, de tête, tous ses maux

Ecrire d'une main et de l'autre reprendre

Ecrire miroir et, sans réfléchir, entreprendre.

 

Ecrire de la gauche vers la droite

Ecrire de la droite pour l'ébauche

Ecrire droit d'une écriture gauche

Ecriture un tant soit peu maladroite.

 

Se pencher, pour écrire droit

Ecrire debout, assis, couché, allongé

Par terre, par bribes, par dépit, crayon rongé,

Par besoin, par avion, par envie, par endroit.

 

Ecrire de la main gauche : écriture bâton !

Alors, de la main droite, écrire penché,

Et même, gaucher contrarié,

Ecrire de sa belle main et prendre son pied.

 

 

N'en déplaise à Mlle Mahieux.